Song Title Goes here that will make it more cooler

Le bordel de poupées sexuelles devra fermer

PHOTO FRANCIS PILON

Écrit par : Martin Ayotte

La Ville de Longueuil ordonne la fermeture du bordel de poupées sexuelles situé sur une rue où habitent plusieurs familles, mais le propriétaire de l’entreprise controversée refuse de quitter le voisinage, sur la Rive-Sud de Montréal, malgré une amende salée.

Le Journal a révélé en mars dernier qu’une maison close de poupées érotiques est exploitée illégalement à Greenfield Park. Ce service est offert dans des unités résidentielles situées au cœur de quartiers familiaux.


«[On] a délivré au propriétaire du commerce des avis lui demandant de cesser ses activités», a confirmé cette semaine une porte-parole de la Ville de Longueuil.

Le hic avec ce bordel de poupées sexuelles, c’est que l’entreprise est située dans une zone résidentielle, sur la rue Parent. Selon le règlement de zonage de la Ville, il ne peut pas y avoir d’activités commerciales à cet endroit.

AMENDE SALÉE

«À cet effet, la Ville a donné un constat d’infraction en date du 10 mai de 2500$, soit la peine la plus forte», mentionne par courriel la porte-parole.


Le Journal a aussi appris que le propriétaire de la compagnie à numéro, Kaïs Chedli Latiri, a fui le logement que nous avons exposé dans un article en mars dernier. À l’époque, notre représentant avait infiltré l’entreprise incognito.

Par contre, ses clients peuvent toujours avoir une relation sexuelle avec ses poupées pour la somme d’environ 250$. Ces services sont désormais offerts dans un autre appartement sur la rue Parent et à l’intérieur d’un condo sur la rue Godin à Saint-Hubert, selon nos informations.

«On travaille énormément là-dessus pour trouver l’emplacement qui nous permet d’avoir le bon permis, soit de salon de massage érotique ou de boutique de produits érotiques. [...] Mais mon commerce est tellement nouveau qu’il n’y a pas de permis pour ma technologie», se plaint Kaïs Chedli Latir.

«SOUS LE CHOC»

Jennie Roy habite dans l’appartement qui se trouve directement sous la «maison close», sur la rue Parent à Greenfield Park.

«Je suis quand même sous le choc. J’ignorais que ça se passait en haut de chez moi. J’entends des bruits parfois et tout. Mais au moins, une poupée, ça ne crie pas», lance à la blague Mme Roy.


Pour le conseiller municipal de Greenfield Park, Robert Myles, c’est maintenant l’heure de passer à l’action.

«C’est assez et il est temps qu’il quitte Greenfield Park, fulmine M. Myles. [...] On vit une pénurie de logements et les familles ont de la difficulté à trouver un endroit où vivre. Ce n’est pas acceptable qu’une entreprise utilise un appartement pour un commerce comme ça.»


Même son de cloche du côté de Nathalie Boisclair, présidente de l’arrondissement de Saint-Hubert à Longueuil.

«C’est inapproprié. Ce n’est pas le genre d’activités commerciales qu’on souhaite retrouver sur notre territoire. On veut que ce soient des résidents et des familles qui occupent les logements disponibles dans nos quartiers, pas ça», conclut Mme Boisclair. 

 

 

 

Source : Journal de Montréal │ FRANCIS PILON




Dernière mise-à-jour de l'article : Dimanche 06 juin 2021 à 12:17:20

Écrit par : Martin Ayotte



ACTUALITÉ

Le premier légume du printemps est arrivé!

Connaissez-vous la fougère-à-l’autruche (ou fougère allemande)?

... Voir plus

Mardi 10 mai 2022 à 12:12:09

Décès du batteur du groupe Foo Fighters en Colombie

Le batteur des Foo Fighters, Taylor Hawkins, est mort dans des circonstances encore obscures à Bogota, où le groupe de rock alternatif devait se produire vendredi soir.

... Voir plus

Samedi 26 mars 2022 à 12:03:45

Boulevard Curé Labelle

Nommé d’après le célèbre curé « Roi du nord »

... Voir plus

Mardi 16 janvier 2024 à 22:31:29