Ex-employé des Nations Unies accusé de possession de porno juvénile

Écrit par : Martin Ayotte

Un ancien fonctionnaire des Nations Unies, qui a travaillé plusieurs mois au sein d’une organisation des droits de l’enfant à Montréal, a été condamné la semaine dernière pour possession de pornographie juvénile.

Jean Buteau Remarque a été reconnu coupable le 25 mars par un jury fédéral du Maryland, aux États-Unis. Le verdict a été rendu au terme d’un procès de quatre jours.

Selon le document de la cour, l’homme de 40 ans d’origine haïtienne a travaillé au Bureau international des droits des enfants (IBCR) à Montréal. Il a aussi occupé un poste d’agent de protection de l’enfance pour les Nations Unies en Afrique.

« C’est sûr que c’est troublant de savoir qu’une personne comme ça a pu cheminer autant dans sa carrière. Il a travaillé dans plusieurs organisations importantes dans le monde. Mais avec nous, il est seulement resté durant six mois en 2015 ou 2016 comme coordonnateur de projet pour le Congo », commente Guillaume Landry, directeur général du IBCR.

Les forces de l’ordre américaines ont d’abord été alertées en mai 2018 du comportement suspect de Jean Buteau Remarque. Celui-ci avait des conversations sexuellement explicites avec une jeune fille de 15 ans sur son téléphone cellulaire.

En juillet 2018, les autorités américaines ont obtenu un mandat de perquisition pour fouiller la résidence de M. Buteau Remarque à Greenbelt, au Maryland.

100 images retrouvées

Les enquêteurs ont ainsi découvert un disque dur externe avec une collection d’environ 100 images de pornographie juvénile, dont des clichés sexuellement explicites de mineurs.

Il risque maintenant une peine de 20 ans de prison pour chacun des deux chefs d’accusation pour lesquels il a été condamné, dont réception et possession de porno infantile.

En raison du verdict du jury, Jean Buteau Remarque devra s’inscrire comme délinquant sexuel dans tous les lieux où il réside, travaille et étudie. Sa sentence sera prononcée à une date ultérieure.

Une première

Andrée Ruffo, qui a cofondé le Bureau international des droits des enfants, affirme qu’il s’agit du premier cas du genre au sein de l’organisation qu’elle a créée en 1994.

«Ce sont des comportements aberrants. Ces gens vont tout faire pour être près d’une école, des regroupements de jeunes et ils savent où aller les chercher. Un premier cas parmi les quelque 3000 personnes qui ont travaillé avec le Bureau depuis sa création, ça ne me surprend pas», mentionne au Journal Mme Ruffo.

Le Bureau international des droits des enfants rappelle qu’il ne travaille pas directement avec les jeunes. L’organisation souligne aussi que Jean Buteau Remarque n’a commis aucun crime reconnu avant et pendant qu’il était son employé.

 

 

 

Source : Journal de Montréal │ Francis Pilon




Dernière mise-à-jour de l'article : Mercredi 31 mars 2021 à 07:36:03

Écrit par : Martin Ayotte



ACTUALITÉ

L’animateur Mario Lirette en prison

Mario Lirette faisait face à plusieurs chefs de fraude envers des institutions financières ainsi qu’un individu. Les faits sont survenus entre novembre 2015 et septembre 2016.

... Voir plus

Jeudi 17 novembre 2022 à 11:21:35

Décès du batteur du groupe Foo Fighters en Colombie

Le batteur des Foo Fighters, Taylor Hawkins, est mort dans des circonstances encore obscures à Bogota, où le groupe de rock alternatif devait se produire vendredi soir.

... Voir plus

Samedi 26 mars 2022 à 12:03:45

L'actrice Marnie Schulenburg décède a 37 ans

Le 17 mai 2022, quatre jours avant son 38e anniversaire, Schulenburg est décédée des suites de la maladie dans un hôpital de Bloomfield, New Jersey

... Voir plus

Samedi 21 mai 2022 à 17:00:03