Les yeux fermés devant l’agression de sa fille

CAPTURE ÉCRAN, TVA NOUVELLES

Écrit par : Martin Ayotte

Une mère, qui assure avoir repris sa famille en mains après avoir fermé les yeux en laissant un sexagénaire abuser sexuellement de sa fille de 9 ans pendant trois ans, implore la clémence du juge afin d’éviter la prison pour s’occuper de ses cinq enfants.

Arrêté en avril 2018, Carol Pelletier a été reconnu coupable d’agression sexuelle sur une jeune adolescente de 12 ans qu’il considérait comme sa « blonde ». Celui qui était concierge dans l’immeuble où résidait sa victime a reçu une peine de six ans pour des agressions sexuelles complètes qui ont eu lieu entre 2015 et 2018.

Or, il s’avère que ces gestes n’auraient jamais pu se produire sans la complicité de la mère de l’adolescente. Malgré des « doutes » et même un interdit de contact entre l’agresseur et l’enfant formulé par la DPJ, la mère a fermé les yeux sur les agressions.

Yeux grands fermés

La mère de Lotbinière, dont on ne peut révéler l’identité pour protéger ses enfants, avait plaidé coupable à une accusation de négligence criminelle causant des lésions. Elle a témoigné lundi lors des représentations sur sentence afin d’éviter la prison. Elle a répété avoir « manqué de conscience » en laissant Pelletier poursuivre la relation avec sa fille, malgré les signaux d’alarme, mais a toutefois eu de la difficulté à se justifier lorsqu’il a notamment été question d’une stratégie pour « déjouer la DPJ ».

Pendant ce temps, sa fille, qui s’arrachait les cheveux et les sourcils en raison de son anxiété, assurait que Pelletier ne faisait rien de mal.

« Je la croyais », dit la mère. Ce n’est finalement que trois ans après la relation malsaine, lorsque la mère a vu une vidéo montrant Pelletier faire des attouchements à son aînée, qu’elle a finalement dénoncé la situation.

Une intervenante de la DPJ est venue donner un éclairage différent en affirmant qu’il y avait « beaucoup d’amour » dans le nid familial de l’accusée et que la victime était très proche de sa mère. L’adolescente aujourd’hui âgée de 15 ans a aussi tenu à témoigner devant le juge. « Si ma mère va en prison, je ne suis pas toute seule », a-t-elle sangloté, en parlant de ses frères et sœurs. 

 

 

Source : Journal de Montréal │ Nicolas Saillant




Dernière mise-à-jour de l'article : Mardi 23 mars 2021 à 14:24:32

Écrit par : Martin Ayotte



ACTUALITÉ

Un petit Nashville à Montréal, ça vous tente?

Jam Country Lanjeu

... Voir plus

Dimanche 08 mai 2022 à 09:29:11

L'Ukraine prend possession de chars d'assaut russes

L'armée ukrainienne est plus armée maintenant qu'au début de l'invasion russe.

... Voir plus

Samedi 26 mars 2022 à 21:03:05

Pierre Bruneau annonce son départ à la retraite

Après 46 ans comme chef d’antenne à TVA, Pierre Bruneau prendra sa retraite le 16 juin prochain.

... Voir plus

Jeudi 24 mars 2022 à 17:58:35