Song Title Goes here that will make it more cooler

Des clients abandonnés par leur déneigeur

PHOTO MARTIN ALARIE

Écrit par : Martin Ayotte

Plusieurs citoyens de Saint-Jérôme sont en colère parce que leur déneigeur, qui travaillait sans permis de la Ville, les a laissés tomber sans avertissement au beau milieu de l’hiver après avoir encaissé leurs chèques.

«Ma voisine, qui devait partir travailler, a dû donner un coup de pelle pour sortir [mardi]. Pelleter nous-mêmes quand on a payé 900$, c’est difficile à avaler», lance Martine St-Pierre, administratrice d’un syndicat de copropriété dans le quartier Bellefeuille, à Saint-Jérôme.

C’est que l’entrée de l'immeuble de condos où elle vit croulait toujours sous la neige mardi midi, après une bordée, malgré son contrat avec Services de déneigement S.F., une entreprise dirigée par Sébastien Fontaine. Elle a finalement fait le travail avec son voisin.

Dès la première neige, Mme St-Pierre a eu du fil à retordre avec l’entreprise responsable de pelleter manuellement les entrées, la cage d’escalier et les trottoirs de sa copropriété.

Des problèmes dès le début

«À la première tempête, je l’ai appelé, car il n’était pas passé. Je me suis fait engueuler et raccrocher au nez», dit-elle.

«Après, il est venu déneiger deux, trois fois dans le temps des Fêtes. On espérait que la situation se règle, donc on n’a pas bloqué le deuxième paiement. Mais depuis qu’il a encaissé le chèque, le 15 janvier, je n’ai jamais eu de service», poursuit-elle.

De son côté, Serge Coursol affirme avoir eu «deux fois un service» cet hiver.


«Les autres fois, j’ai déneigé avec ma souffleuse. Mais ça devient de plus en plus difficile pour moi, en raison d’une blessure à un bras», raconte celui qui a payé en un seul versement son contrat d’une valeur de 800$.

Le Journal a pu retrouver une douzaine de citoyens de Saint-Jérôme qui ont vu des centaines de dollars partir en fumée.

«Il est passé une seule fois cet hiver, résume Martin Pigeon, qui avait un contrat pour le déneigement de la cour complète de son triplex. Et ce n’était tellement pas bien fait que je suis allé chercher un ami et on a fini avec une souffleuse.»


Selon les informations fournies par la Ville, Sébastien Fontaine travaillait sans permis, bien qu'un règlement municipal exige que l'on soit enregistré pour offrir ce type de services.

«Il m’avait dit qu’il en avait un. Je me suis fié à sa bonne foi», confie M. Pigeon.

Elle n’en dort plus

Pour sa part, Lise Leblanc s'estime «chanceuse» d’avoir eu un service. Or elle a dû courir après le déneigeur pendant plusieurs jours.

«À la dernière tempête, ç'a pris cinq, six jours avant qu’il passe, et je devais lui envoyer des messages tout le temps, déplore la sexagénaire. Ça m’empêchait de dormir. Mon mari et moi, on est deux personnes handicapées. On ne peut pas le faire nous-mêmes.»

De son côté, Sébastien Fontaine s’est défendu en disant qu’il avait toujours honoré ses contrats, même si ce n’était parfois «pas assez vite» au goût de ses clients.

«Il n’y a rien qui justifie leur mécontentement. J’ai essayé d’expliquer à tous les clients les petits retards, mais jamais au grand jamais on ne serait pas passés», a-t-il assuré lorsque joint par Le Journal en début de semaine.

Il estime avoir signé près de 90 contrats de déneigement dans la région de Saint-Jérôme. Cependant, il n’a pas voulu préciser combien d’employés travaillent pour lui. Dans le registraire des entreprises, il déclare n’avoir aucun salarié.

Incapable de remplir le mandat

Après l’appel du Journal, M. Fontaine a envoyé à certains de ses clients un message texte disant qu’il était incapable de remplir le reste de son mandat.

«Un remboursement au prorata sera calculé à partir du 15 février 2021. Je serai capable de vous rembourser maximalement en date du 1er juillet 2021», peut-on lire.

Cela cause un stress énorme à Lise Leblanc: «Mon mari a des rendez-vous médicaux cette semaine, il faut que l’entrée soit déneigée. Est-ce que je vais devoir appeler des amis qui en ont déjà plein les bras? Je désespère pour le reste de la saison.»

 

 

Source : Journal de Montréal │ Erika Aubin




Dernière mise-à-jour de l'article : Jeudi 18 février 2021 à 14:10:27

Écrit par : Martin Ayotte



ACTUALITÉ

Blessé dans l'explosion de son bateau, le restaurateur Éric Luksenberg succombe à ses blessures

Victime d’un grave accident il y a quelques semaines, le restaurateur Éric Luksenberg est décédé la nuit dernière, a appris TVA Nouvelles auprès de son fils Laurent.

... Voir plus

Lundi 11 avril 2022 à 15:37:56

Guy Lafleur est décédé à l’âge de 70 ans

Le Québec pleure le numéro 10. Le légendaire hockeyeur Guy Lafleur est décédé à l’âge de 70 ans, des suites d’un cancer du poumon, ont annoncé ses proches, vendredi.

... Voir plus

Vendredi 22 avril 2022 à 16:30:32

DÉCÈS D'ALEC JOHN SUCH, PREMIER BASSISTE ET MEMBRE FONDATEUR DE BON JOVI

Triste jour pour les fans de la première heure de Bon Jovi

... Voir plus

Dimanche 05 juin 2022 à 18:53:22