Song Title Goes here that will make it more cooler

De l’amour pour Renée Martel

PHOTO BEN PELOSSE

Écrit par : Martin Ayotte

Inviter une artiste à la carrière prolifique comme Renée Martel, pour le spectacle-entretien L’histoire de mes chansons, était gage de réussite pour l’animatrice Monique Giroux. Très volubile, et visiblement heureuse d’être « hommagée », l’artiste country a revisité avec plaisir plusieurs pans de sa carrière.

Indiquant être fébrile et même avoir le trac (« je n’ai pas dormi pendant deux nuits »), Renée Martel s’est montrée très généreuse en anecdotes durant les presque 90 minutes qu’a duré l’entretien.

En tout, ce sont 11 morceaux de son répertoire qui ont été repris par des artistes chers à ses yeux : Laurence Jalbert, Luce Dufault, Isabelle Boulay, Annie Blanchard, Antoine Gratton, Paul Daraîche et Elliot Maginot.

Qu’a-t-on appris durant ce sympathique moment ? Entre autres, que Renée Martel ne voulait initialement pas faire une version francophone de la pièce Never Ending Song of Love, que son père avait entendue à la radio alors qu’il était en Abitibi. 

« J’étais en conflit avec mon père à ce moment-là et tout ce qu’il me suggérait de faire, je disais non ! (rires) »

Mais puisqu’elle aimait la chanson, elle s’est laissée convaincre pour faire... Un amour qui ne veut pas mourir.

Pagliaro et Farago

Pour Je vais à Londres, on peut y entendre la voix de Michel Pagliaro. « C’est lui qui dit au début : “Le prochain départ pour Londres se fera dans cinq minutes.” Michel, c’est un frère pour moi. »


La version francophone de Johnny Angel, popularisée par Shelley Fabares, elle l’a écrite en pensant qu’elle et Johnny Farago seraient tous deux nommés comme révélation de l’année en 1968 au Gala des artistes. « Mais le soir du gala, j’ai gagné et pas lui ! » lance-t-elle en riant.

Dans ce spectacle-entretien, Renée Martel n’a pas tari d’éloges mercredi envers le jeune Elliot Maginot, que sa fille Laurence lui a fait découvrir.

« J’adore la voix, j’aime le look, mais j’aime aussi l’attitude. C’est le nouvel homme de ma vie ! »

Son jumeau

Renée Martel a plus tard surpris Monique Giroux en lui mentionnant qu’elle et Paul Daraîche sont nés le même jour, de la même année, à la même heure ! 

« C’est mon jumeau. Ce qui est drôle, c’est que Paul n’a jamais voulu dire son âge, mais moi je dis le mien ! (rires) On a énormément de complicité, d’affection. »

Quand elle a su qu’elle avait un cancer, en 2019, Renée Martel s’est dit qu’elle devait avoir un projet pour se donner « la force de passer à travers ».

C’est ainsi qu’est arrivée l’idée de faire un album commun avec Paul Daraîche, dont la date de sortie est encore indéterminée. « J’ai adoré faire cet album-là avec Paul. On n’avait jamais enregistré ensemble. »

 

Source : Journal de Montréal │Raphael Gendron-Martin




Dernière mise-à-jour de l'article : Jeudi 04 février 2021 à 07:37:45

Écrit par : Martin Ayotte



ACTUALITÉ

Tempête ce week-end : cocktail de précipitations en approche

Une tempête fonce vers le Québec et va sévir dès samedi soir ainsi que dimanche, tout dépendamment des secteurs. Au programme : pluie, neige, grésil, verglas et vents forts.

... Voir plus

Samedi 05 mars 2022 à 23:00:53

Le premier légume du printemps est arrivé!

Connaissez-vous la fougère-à-l’autruche (ou fougère allemande)?

... Voir plus

Mardi 10 mai 2022 à 12:12:09

Yves Trudel, interprète de Méo dans «Elvis Gratton», est décédé

Le comédien Yves Trudel, connu pour son rôle de Méo dans la franchise «Elvis Gratton», s’est éteint. Il avait 72 ans.

... Voir plus

Vendredi 11 mars 2022 à 23:07:01