Song Title Goes here that will make it more cooler

Ce footballeur universitaire devenu pimp écope de six ans de détention

CJMS Media

Écrit par : Jocelyn Benoit

Un ancien joueur de football de l’Université Concordia devenu proxénète a été condamné à six ans de détention, lui qui a récolté jusqu’à 1800$ par jour aux dépens d’une jeune femme forcée d’offrir des services sexuels dans des spas et des chambres d’hôtel, à Montréal et à Toronto.

«J’étais tellement amoureuse que je ne voyais rien. [...] Au fond, il voulait que personne ne puisse m’aider. Il tenait ma vie entre ses mains pendant tout ce temps», a raconté avec émotion la victime de Bryan André Rose vendredi dernier au tribunal.

L’Ontarien de 32 ans a ensuite été condamné à six ans de détention pour traite de personne et proxénétisme, au palais de justice de Montréal.

La défense ne s’est pas opposée à la sentence suggérée par le procureur de la Couronne, Me Jean-Philippe MacKay: «C’est l’issue que l’on souhaitait», a-t-il fait savoir.

Coup de foudre

Rose avait fait la rencontre de celle qui allait devenir sa victime dans une boîte de nuit montréalaise en 2010. Il étudiait à l'époque la sociologie à l’Université Concordia, où il jouait aussi au football. Il était d’ailleurs déménagé à Montréal après avoir reçu une bourse d’études pour jouer dans l’équipe universitaire.

La jeune femme âgée de 19 ans à ce moment était tombée en amour «au premier regard», avait-elle raconté au procès.

Ils ont d’abord eu une relation amicale, qui s’est au fil du temps développée en relation amoureuse sur une période d’environ huit ans.

Ce n’est qu’en 2013 qu’il l’a convaincue d’offrir des services sexuels en travaillant dans des spas et des salons de massage. Il lui avait alors fait miroiter l’idée qu’ils deviendraient tous les deux riches et qu’ils partageraient l’argent moitié-moitié.

Elle a d’abord refusé, mais elle a fini par accepter parce qu’elle l’aimait et qu’elle ne pouvait pas lui dire non.

C’est à ce moment que le cauchemar a débuté pour elle. La jeune femme a commencé par offrir des services sexuels dans des spas à Montréal, puis elle a rejoint Rose à Toronto, où elle a notamment dansé dans un bar tout en rencontrant des clients dans des chambres d’hôtel. 

Pendant une période de sept mois, elle a gagné entre 300$ et 1800$ par jour. Son proxénète se fâchait contre elle et lui mettait de la pression si elle ne gagnait pas assez d’argent.

«C’était toujours de l’argent, de l’argent, de l’argent. [...] Parfois, je n’avais même pas le temps de boire un verre d’eau. Juste courir, courir, courir en talons hauts, nue, avec les clients comme un robot», avait-elle décrit au procès.

Il contrôlait ses communications avec ses proches et allait jusqu’à la priver de nourriture. 

La Montréalaise devait travailler six jours par semaine et son seul congé était «une journée d’entretien» pour sa manucure, ses cheveux et ses sourcils. Rose la surnommait d’ailleurs «Brinks» tellement elle rapportait de l’argent, en référence à un camion qui transporte de l’argent.

«Je vais te tuer» 

En février 2018, la femme qui avait désormais 27 ans est parvenue à quitter Toronto. Quand elle lui a dit qu’elle ne revenait pas dans la Ville Reine, il lui a fait des menaces de mort: «Je vais venir à Montréal et te tuer», a-t-il dit au téléphone.

Elle l’a dénoncé aux autorités montréalaises dans le même mois, craignant qu’il envoie quelqu’un pour la tuer.

Aujourd’hui, la victime vit encore avec des impacts psychologiques «sérieux et durables», a-t-elle expliqué à la juge Josée Bélanger dans une lettre qu’elle a lue.

La jeune femme n’est pas sortie pendant quatre ans après les événements. Si elle recommence «tranquillement à vivre», c’est grâce à son nouveau chien. Elle a besoin de son animal de compagnie pour parvenir à sortir de chez elle.

«Je n’arrive pas à croire que je m’en suis sortie vivante», a-t-elle laissé tomber.

 

Bryan André Rose porte le verdict de culpabilité en appel et demandera d’être libéré de prison pendant les procédures. Une audience doit avoir lieu demain en ce sens. La Couronne s’opposera à sa remise en liberté, a indiqué Me Jean-Philippe MacKay.




Dernière mise-à-jour de l'article : Lundi 24 avril 2023 à 13:36:34

Écrit par : Jocelyn Benoit



ACTUALITÉ

Si vous voyez cet insecte, n’y touchez pas !

Avec le beau temps qui revient, vous pourriez faire une découverte inusitée dans votre piscine : un léthocère d’Amérique.

... Voir plus

Dimanche 08 mai 2022 à 09:10:24

***NOUVEAUTÉ*** Le courrier du Coeur - des mots pour des maux...

Radio Sexy Lounge et son courrier du COEUR

... Voir plus

Samedi 04 juin 2022 à 14:31:25

Un petit Nashville à Montréal, ça vous tente?

Jam Country Lanjeu

... Voir plus

Dimanche 08 mai 2022 à 09:29:11