Song Title Goes here that will make it more cooler

Ce n’est pas d’un miracle dont le CH a besoin, mais bien de quatre

Ryan Remiorz

Écrit par : Martin Ayotte

Une photo vaut mille mots dit un vieil adage qui, vendredi soir, était criant de vérité. Pour comprendre ce qui s’était passé dans le troisième match de la finale de la Coupe Stanley, il suffisait de regarder les mines déconfites qu’affichaient les joueurs du Canadien après la rencontre.

 

Le CH était gonflé d’espoir avant ce crucial troisième duel. D’abord, Dominique Ducharme reprenait sa place derrière le banc et tout était censé rentrer dans l’ordre. Par ailleurs, l’équipe voulait continuer à construire sur les bases du deuxième match, qui avait été perdu sur un jeu crève-coeur, mais que le Tricolore avait largement dominé.

Il suffisait de remporter le troisième match, à domicile de surcroît, pour trouver une sorte de momentum et se retrouver avec la possibilité de plonger le Lightning dans une longue série.

Or, il n’y a jamais eu de match. Après seulement 3 min 27 secondes de jeu, Ducharme a été obligé d’appeler un temps d’arrêt pour recentrer ses hommes, qui tiraient déjà de l’arrière 0-2.

Le CH a encaissé une correction de 6-3 et se retrouve maintenant acculé au pied du mur et démoralisé. Dans toute l’histoire de la LNH, une seule équipe est parvenue à surmonter un déficit de 0-3 en finale de la Coupe Stanley: les Maple Leafs de Toronto de 1942. Il y a donc 79 ans de cela.

Soudainement, l’objectif n’est plus de ramener la Coupe à Montréal pour la première fois depuis 28 ans. Le Tricolore est désormais condamné à vivre au jour le jour, voire d’heure en heure. Sa nouvelle mission consiste à remporter le prochain match afin d’éviter un balayage. Un tel raz-de-marée ne s’est pas produit en finale depuis 1998.

Une baisse du niveau du jeu de Carey Price était probablement la dernière chose à laquelle on pouvait s’attendre dans cette finale. À l’âge de 33 ans, le gardien vedette du CH en est à sa première vraie chance de remporter la Coupe et, comme l’histoire de la LNH nous l’a si souvent enseigné, il y a de fortes chances qu’une telle occasion ne se représente jamais pour lui.

Le scénario ne se déroule toutefois pas comme prévu.

Après trois rencontres, le score total de la série est de 14 à 5 en faveur de Tampa Bay. Price montre une moyenne d’efficacité de ,835 en finale, ce qui représente une baisse de 99 points par rapport à l’incroyable moyenne de ,934 et à l’aura d’invincibilité qu’il projetait après le troisième tour.

Je peux définitivement mieux jouer. Je ne suis pas assez bon jusqu’à présent», a concédé Price après cette troisième défaite consécutive.

 

Mais lorsqu’on y regarde de plus près, on constate que le fait d’affronter une équipe aussi puissante que le Lightning provoque au sein de la formation des actions (ou inactions) que nous n’avions pas vues depuis le cinquième match de la série Montréal-Toronto.

Sur les 14 buts du Lightning, trois ont été le résultat de rondelles déviées qui n’ont laissé aucune chance à Price. Trois autres filets ont été marqués sur des tirs voilés qu’il n’a pas su repérer dans la circulation. Un but a été inscrit dans un filet désert. Il y a aussi eu cette bourde de Joel Edmundson qui, dans le deuxième match, a servi la rondelle sur un plateau d’argent à Ondrej Palat, tout juste à la porte du filet.

En début de deuxième vendredi soir, alors que le pointage était de seulement 2-1 en faveur de Tampa Bay, le CH s’est embourbé dans un mauvais changement. Et Price s’est retrouvé seul devant Palat et Nikita Kucherov qui fonçaient vers lui : 3-1 Tampa.

Moins de deux minutes plus tard, ce sont Mathieu Joseph et Tyler Johnson qui ont hérité d’une délicieuse attaque à 2 contre 1. Price a réalisé un arrêt sur le tir de Joseph, mais Johnson s’est emparé du retour. Résultat : 4-1 Tampa. Merci et bonsoir.

En troisième, on a eu droit au même type de rengaine. Erik Gustafsson a servi une passe directement sur la palette de Tyler Johnson au centre de la patinoire. Un revirement avec un R majuscule. Ce dernier a immédiatement foncé vers le filet du CH. Il a décoché un tir vers Price, puis a littéralement marché sur Gustafsson pour prendre son propre retour.

Ce serait donc inexact de prétendre que Tampa Bay est à une victoire de la Coupe parce que le gardien du CH s’écroule. C’est la bâtisse au grand complet qui se désagrège.

Depuis le premier match, les joueurs du CH ne cessent de répéter que leurs adversaires du Lightning capitalisent à la moindre erreur commise devant eux. Mais justement, ce ne sont pas des petites erreurs qui sont faites. Tampa Bay pousse constamment les Montréalais à commettre des bourdes qu’on ne devrait pas voir en finale de la Coupe Stanley.

Le Lightning de Tampa Bay pourrait devenir la première dynastie de l’ère du plafond salarial. Cette équipe aligne des supervedettes à toutes les positions. Supervedettes qui, en plus, sont toutes à leur apogée et toutes sous contrat pour plusieurs années. Il serait donc possible que les éclairs se retrouvent encore en finale la saison prochaine.

Confronté à ce rouleau compresseur depuis seulement trois matchs, le Canadien ne semble pas avoir de solution.

Après cette troisième défaite, le regard perçant des joueurs avait disparu. Le discours n’avait pas réellement changé, mais le ton n’était plus le même. La physionomie non plus, d’ailleurs.

Les gens ont douté de nous toute la saison. Nous avons du caractère et nous allons continuer à nous battre. On doit seulement cesser de commettre des erreurs », a tenté Brendan Gallagher sur un ton monocorde, sans donner l’impression d’y croire.

C’était 1-3 contre Toronto et personne n’a abandonné. Personne ne va abandonner dans l’équipe», a renchéri Phillip Danault, sans la moindre intonation.

Le problème, c’est que le Lightning ne semble pas parti pour abandonner non plus.

Ce n’est pas d’un miracle dont le CH aurait besoin pour se sortir de là. Il lui en faudrait quatre.

 

 

 

 

Source : Radio-Canada │Martin Leclerc




Dernière mise-à-jour de l'article : Samedi 03 juillet 2021 à 06:54:31

Écrit par : Martin Ayotte



ACTUALITÉ

André Arthur, est décédé dimanche 8 mai après plusieurs jours d’hospitalisation.

L'ancien député, polémiste et éminente figure de la radio québécoise, André Arthur, est décédé dimanche 8 mai après plusieurs jours d’hospitalisation.

... Voir plus

Lundi 09 mai 2022 à 00:13:53

Pierre Bruneau annonce son départ à la retraite

Après 46 ans comme chef d’antenne à TVA, Pierre Bruneau prendra sa retraite le 16 juin prochain.

... Voir plus

Jeudi 24 mars 2022 à 17:58:35

Décès du batteur du groupe Foo Fighters en Colombie

Le batteur des Foo Fighters, Taylor Hawkins, est mort dans des circonstances encore obscures à Bogota, où le groupe de rock alternatif devait se produire vendredi soir.

... Voir plus

Samedi 26 mars 2022 à 12:03:45