Il reçoit sa sentence... 40 ans plus tard

Écrit par : Martin Ayotte

Un octogénaire qui a commis d’innombrables gestes à caractère sexuel à l’égard d’une petite victime il y a plus de 40 ans a été condamné, mardi, à purger une peine de trois ans de pénitencier.

Gaston Bérubé, 84 ans, était un personnage «bien en vue» à Roberval dans les années 70 et 80. Il était alors propriétaire d’une boutique de fleurs et agissait à titre d’échevin pour la municipalité.

Toutefois, l’homme cachait des penchants pernicieux qui ont littéralement brisé une fillette. La victime de Bérubé a mentionné devant le tribunal qu'elle avait été pendant «10 ans sous l’emprise d’un adulte» qui l’a «utilisée comme un objet» et qui l’a «vidée» de son âme.

Agressions

«Le premier événement survient alors que l’enfant a 8 ou 9 ans. L’accusé colle la tête de la fillette sur son ventre et lui fait manipuler ses organes génitaux», a brièvement résumé le juge du procès, René De La Sablonnière.

Un événement qui en a entraîné des dizaines d’autres, l’accusé ayant «isolé» la gamine en lui proposant de travailler pour lui.

Un jour, alors qu’elle effectuait certaines tâches au sous-sol de la boutique de fleurs, l’homme s’est agenouillé devant l’enfant, puis a posé sa tête sur son ventre en lui empoignant les fesses. Il a alors dit à la fillette qu'il était «follement en amour avec elle».

Bérubé a commis des gestes de plus en plus intrusifs à l’égard de la victime lorsqu'elle avait 12 ans. Toutefois, jamais il n’y a eu de pénétration complète, puisque la jeune fille a refusé.

«Il la manipule en lui faisant croire que c’est elle qui est responsable. Il lui disait: tu vois, quand tu me demandes d’arrêter, j’arrête; c’est donc toi qui décides», a noté le président du tribunal.

Dénonciation

En 1996, dégoûtée de voir que l’homme côtoyait toujours certains membres de sa famille, la jeune femme a décidé de lever le voile sur les abus qu’il lui avait fait vivre pendant son enfance.

Puis, en 2013 et 2015, elle a revu l’accusé en public, au hasard d’une rencontre, alors que ce dernier se trouvait avec des adolescents. C’est à ce moment qu’elle a choisi de le dénoncer aux policiers.

Lors des observations sur la peine, la victime, qui est aujourd’hui dans la cinquantaine, avait livré un témoignage touchant et, citant l’auteure Marie Laberge, avait expliqué que, pour survivre à l’abus, il fallait se «détacher de soi, fuir mentalement», et que cette fuite vitale rendait ensuite extrêmement ardue «la réunification du corps brisé et de l’esprit affecté».

 

 

 

Soource : KATHLEEN FRENETTE 




Dernière mise-à-jour de l'article : Mercredi 30 juin 2021 à 11:52:02

Écrit par : Martin Ayotte



ACTUALITÉ

L'Ukraine prend possession de chars d'assaut russes

L'armée ukrainienne est plus armée maintenant qu'au début de l'invasion russe.

... Voir plus

Samedi 26 mars 2022 à 21:03:05

Pierre Bruneau annonce son départ à la retraite

Après 46 ans comme chef d’antenne à TVA, Pierre Bruneau prendra sa retraite le 16 juin prochain.

... Voir plus

Jeudi 24 mars 2022 à 17:58:35

Boulevard Curé Labelle

Nommé d’après le célèbre curé « Roi du nord »

... Voir plus

Mardi 16 janvier 2024 à 22:31:29