Ni concentrateur d'oxygène ni eau courante en quarantaine au CHSLD Sainte-Dorothée

Fournis par La Presse Canadienne

Écrit par : Martin Ayotte

MONTRÉAL — La zone de quarantaine du CHSLD lavallois Sainte-Dorothée n’était pas assez équipée pour s’occuper des patients, selon l’assistante infirmière-chef Agnieska Mroz, venue témoigner mercredi dans le cadre de l’enquête de la coroner Géhane Kamel sur les décès de personnes âgées ou vulnérables survenus en milieux d’hébergement durant la première vague de COVID-19.

Cette «zone rouge», mise sur pied dans une ancienne salle commune avec les moyens du bord, a abrité la poignée de résidants atteints de la COVID-19 pendant la deuxième moitié du mois de mars 2020.

«Il n’y avait pas de concentrateurs d’oxygène», pourtant essentiels pour aider les malades en détresse respiratoire, s’est rappelée Mme Mroz. En cas d’urgence, il fallait «appeler un médecin pour prescrire un protocole de détresse». Les médecins n’étant pas sur place, l’autorisation se donnait par appel téléphonique, en se basant sur les observations de l’infirmière.

Il n’y avait «pas de salle de bain et pas d’eau courante», a-t-elle ajouté. Pour laver certains patients, pour qui des lingettes humides n’étaient pas suffisantes, il fallait «aller chercher de l’eau chaude à la cuisine», en zone verte.

Les résidants n’avaient «pas de cloches d’appel» non plus, pour signaler un problème au personnel.

On y trouvait aussi «deux ou trois patients qui étaient en attente de résultats» de tests de dépistage, selon Mme Mroz. Comme ceux-ci côtoyaient les malades, «à la fin, tout le monde était infecté».

La salle et ses quelque 20 lits sont devenus obsolètes le 1er avril, quand 105 cas ont été confirmés parmi les résidants.

 

Hôpital interdit

Même parmi les cas le plus graves, «tout le monde devait rester à la résidence», a expliqué Mme Mroz. Les instructions du ministère de la Santé étaient alors de libérer les places dans les hôpitaux.

«J’ai été témoin d’une situation où la malade était dans un état assez grave» et présentait «un manque d’oxygène» et «un état très agité», s’est remémoré Mme Mroz. Alors que «la famille demandait de la transférer» à l’hôpital, cette requête a selon elle été refusée par la chef d’unité.

En désespoir de cause, «la famille a appelé elle-même le 911 pour transférer la dame», ce qui a finalement été fait par les ambulanciers.

Le contexte de l'enquête

L'enquête de la coroner se penche sur les décès de personnes âgées ou vulnérables survenus dans des milieux d'hébergement au cours de la pandémie de COVID-19, qui comptent pour la moitié des victimes de la première vague. Son objectif n'est pas de désigner un coupable, mais bien de formuler des recommandations pour éviter de futures tragédies.

Six CHSLD et une résidence pour personnes âgées ont été désignés comme échantillon. Un décès est examiné pour chaque établissement.

Les audiences de cette semaine portent sur la mort de Mme Anna José Maquet, le 3 avril 2020 au CHSLD Sainte-Dorothée, à Laval. Ensuite, un volet national sera aussi examiné.

———

Cet article a été produit avec l'aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

 

 

Source : La Presse Canadienne │ Clara Descurninges




Dernière mise-à-jour de l'article : Mercredi 16 juin 2021 à 14:15:28

Écrit par : Martin Ayotte



ACTUALITÉ

Boulevard Curé Labelle

Nommé d’après le célèbre curé « Roi du nord »

... Voir plus

Mardi 16 janvier 2024 à 22:31:29

Décès du batteur du groupe Foo Fighters en Colombie

Le batteur des Foo Fighters, Taylor Hawkins, est mort dans des circonstances encore obscures à Bogota, où le groupe de rock alternatif devait se produire vendredi soir.

... Voir plus

Samedi 26 mars 2022 à 12:03:45

DÉCÈS D'ALEC JOHN SUCH, PREMIER BASSISTE ET MEMBRE FONDATEUR DE BON JOVI

Triste jour pour les fans de la première heure de Bon Jovi

... Voir plus

Dimanche 05 juin 2022 à 18:53:22